Déployer le menu

Historique

L'équipe RIPOST a vu le jour en 1992. Alors qu’au départ elle ne comptait que 3 chercheurs réguliers, ils sont maintenant 12 qui ont développé des collaborations avec des chercheurs du Québec, du Canada et de l’étranger. L’équipe, multidisciplinaire, compte également une responsable en transfert des connaissances. Depuis 1999, l'équipe est rattachée au CSSS de la Vieille Capitale, centre affilié universitaire (CAU) puis, aujourd'hui, au CIUSSS de la Capitale-Nationale. Sa programmation, d’abord exclusivement orientée vers l’organisation du travail et ses impacts sur les travailleurs, s’est progressivement tournée vers les services et les interventions de proximité.

Ces dernières années ont été marquées par un renouvellement important de la composition de l’équipe, la bonification de la programmation de recherche et l’accroissement des réalisations collectives.

Les thématiques de l’équipe RIPOST se sont par ailleurs précisées au cours des dernières années autour des trois grands axes rassembleurs situés au cœur de la programmation de recherche, qui se lisent désormais ainsi :

 

Les chercheurs de l’équipe ont, de plus, renouvelé progressivement leurs démarches de recherche en y intégrant de façon plus soutenue des activités d’appropriation des connaissances ainsi qu’un travail en étroite collaboration avec les milieux de pratique. Cette préoccupation pour le transfert de connaissances et le travail en partenariat accompagne désormais, lorsque les travaux s’y prêtent, l’ensemble du processus de recherche.

Depuis ses débuts, l'équipe a misé sur la formation de jeunes chercheurs dans le but de les intégrer progressivement comme chercheurs réguliers. L’équipe a ainsi formé dans les dernières années plusieurs étudiants provenant de disciplines diverses (sociologie, kinésiologie, anthropologie, épidémiologie, etc.). Parmi ces étudiants, RIPOST compte plusieurs boursiers de divers organismes (FRQSC, IRSC, CRSH, FRQS, IRSST, fondations, etc.). Au cours des dernières années, plusieurs étudiants ont complété (ou sont en voie de le faire) leur doctorat (Julie DussaultCe lien ouvre une nouvelle fenêtre, Nancy CôtéCe lien ouvre une nouvelle fenêtre, Sandrine Hegg-Deloye,Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre Alain HuotCe lien ouvre une nouvelle fenêtre, Xavier TrudelCe lien ouvre une nouvelle fenêtre) ou leur postdoctorat (Nathalie JauvinCe lien ouvre une nouvelle fenêtre, Nancy Côté, http://www.ripost.qc.ca/a-propos/equipe-de-recherche/chercheur?id=31Charles FleuryCe lien ouvre une nouvelle fenêtre).

Les liens de collaboration entre les chercheurs se sont également accrus depuis les dernières années. La grande majorité de nos travaux implique plusieurs membres réguliers de l’équipe. Les intérêts de recherche de l’équipe s’actualisent en fonction de l’évolution des connaissances, mais également en fonction des intérêts et demandes de nos milieux partenaires. C’est ainsi que de nouvelles thématiques de recherche feront l’objet des travaux de l’équipe au cours des prochaines années.

 

Nouvelles thématiques de recherche de l'équipe  

  • le travail émotionnellement exigeant dans le secteur de la santé et des services sociaux (Jauvin, Freeman, Côté,  Biron);
  • les métiers d'aides-soignants (préposés aux bénéficiaires, auxiliaires de santé et de services sociaux) (Aubry, Jauvin, Freeman, Côté, Biron, Allaire);
  • l’élaboration d’interventions préventives axées sur l’environnement psychosocial de travail et leur évaluation (Bourbonnais, Vézina, Jauvin, Brisson, Biron, Baril-Gingras, Freeman, Côté);
  • les facteurs facilitant et entravant la nature des interventions préventives axées sur l’environnement psychosocial de travail et leur appropriation par les milieux (Bourbonnais, Vézina, Jauvin, Brisson, Biron, Baril-Gingras);
  • la santé mentale des cadres (Vézina);
  • l’évaluation du soutien offert aux cadres lors d’une intervention sur les risques psychosociaux (Biron);
  • la sensibilisation des étudiants universitaires en gestion des ressources humaines sur les risques psychosociaux associés aux pratiques organisationnelles (Bourdages-Sylvain, Biron, Jauvin, Vézina);
  • l’impact des contraintes psychosociales du travail sur les inégalités sociales de santé mentale ainsi que sur les absences au travail et le présentéisme (Brisson, Vézina, Bourbonnais, Biron);
  • l’impact de ces mêmes contraintes sur le maintien en santé des travailleurs vieillissants et sur la vitalité sociale après la retraite ainsi que sur le coût économique et social imputable à ces contraintes (Brisson, Vézina, Sultan-Taïeb, Fleury);
  • la violence au travail et le harcèlement psychologique et les interventions visant à les prévenir (Jauvin, Vézina, Bourbonnais, Dussault);
  • le suivi de l’implantation d’un outil pour prévenir la violence au travail (Jauvin, Vézina);
  • les travailleurs immigrants dans le RSSS et les travailleuses dans les métiers non traditionnels (Jauvin);
  • le raisonnement clinique de l’ergothérapeute en milieu communautaire (Carrier, Freeman);
  • l’identification de compétences essentielles des professionnels de la santé face aux contraintes sur leurs services (Freeman, Gagnon, Carrier);
  • les parcours professionnels et le rapport au travail de différents groupes de travailleurs :

             -des infirmières et infirmières auxiliaires, incluant les problèmes de rétention au sein de cette catégorie d’emploi (Côté);

             -des cadres intermédiaires, qui constituent un groupe professionnel très peu étudié (Malenfant, Côté, Freeman);

             -des médecins de famille (Côté, Fleury);

             -des jeunes parents professionnels, et le rôle de la conciliation travail/famille dans la construction de leurs parcours (Malenfant, Côté);

             -de la « génération X », et les enjeux de conciliation travail/famille qu’elle rencontre (Fleury);

  •  le développement d’une perspective critique à l’égard du concept d’autonomie au travail et  l’analyse des impacts individuels et organisationnels des nouvelles stratégies de management (Malenfant, Côté).
Haut de page